Devenue un véritable phénomène mondial au niveau finance, la cryptomonnaie est tout de même une notion que beaucoup n’arrivent pas encore à saisir. Si le grand public n’est pas encore très au courant, les banques, les sociétés et les gouvernements le sont et l’utilisent depuis quelques années. Ce qui n’empêche pas que certains membres de ces entités n’en sachent pas plus qu’un individu lambda. La plus célèbre est sans doute bitcoin. Mais il existe des cryptomonnaies qui sont très discrètes et qui permettent de faire des transactions dans le plus strict anonymat. Il est à noter que les cryptomonnaies sont normalement un produit secondaire d’un autre.

minage bitcoin

Comprendre le minage du Bitcoin

Dans sa définition la plus simple, le minage en cryptomonnaie est un processus qui a pour finalité la validation d’une transaction émise dans les diverses monnaies virtuelles. Les données sont toutes cryptées et stockées par la suite dans la blockchain. Les opérateurs qui utilisent ce processus sont appelés « mineurs ». La validation des transactions par ces mineurs se fait via des logiciels qui s’occupent de résoudre les problèmes posés.

Une opération réussie, c’est-à-dire cryptage de données et enregistrement des opérations dans la blockchain, est récompensée en bitcoins. Ceci est toujours valable jusqu’à l’atteinte du plafond d’émission de 21 millions. En 2016, cette récompense était de 12.5 bitcoins alors qu’en 2012, elle se chiffrait à 25 bitcoins et 50 bitcoins en 2009.

miner bitcoin

Le minage de Bitcoin simplement expliqué

Le minage de bitcoins se traduit donc par l’obtention d’un Proof of work (preuve de travail). L’opération suit quelques étapes dont :

  • D’abord l’intégration d’une traduction dans un bloc,
  • Ensuite, les mineurs procèdent à la vérification de la transaction pour savoir si elle peut être validée ou pas
  • La troisième phase consiste à intégrer la transaction dans un nouveau bloc avec la mention « hash »
  • Le problème de mathématique est résolu via les logiciels
  • La dernière phase sera d’affilier le nouveau bloc à la blockchain avant diffusion du tout sur le réseau bitcoin.

Comment miner ?

Pour faire du minage, on a le choix entre le faire soi-même ou bien en intégrant un groupe. Si vous décidez de faire cavalier seul, dans ce cas, vous avez besoin du logiciel Bitcoin et ne pas oublier la configuration JSON-RPC. Cependant, le minage à domicile n’est pas très conseillé puisque ce n’est pas expressément rentable. Il n’est pas facile de faire face à plusieurs mineurs dont le nombre augmente tous les jours. Un simple ordinateur et des connaissances en informatiques ne seront plus suffisants.

Dans le second cas, vous pouvez par exemple rejoindre le pool Genesis Mining, Slushpool ou encore AntPool. Les profits sont plus réguliers comme chaque profit généré par un membre sera au profit de tout le groupe. Avec ces pools de minage, vous pouvez miner pour renforcer le réseau Bitcoin, puisque même dans un pool, le minage n’est pas facilement rentable.

Quels équipements pour miner en bitcoins ?

Le minage du bitcoin n’est pas facile, donc il faut avoir entre les mains les matériels adéquats.

  • Le choix de l’équipement se base sur d’abord sur le « hash rate » : combien de calculs peuvent effectuer vos machines en une seconde. Cela signifie donc que vous avez besoin d’un ordinateur disposant d’un CPU très performant.
  • Vous avez aussi comme option de choisir des cartes graphiques qualifiées haut de gamme, les GPU, qui sont idéal pour les polygones complexes. En comparaison au CPU qui propose 10MH/sec, le GPU ATI 5970 va jusqu’à 800MH/sec.
  • Mais la blockchain rend les cartes graphiques de plus en plus obsolètes, au fur et à mesure qu’elle évolue. Aussi, les mineurs préfèrent le FPGA ou Field Programmable Gate Array qui propose 826 MH/sec pour 80 Watts contre 600 MH/sec pour 400 Watts avec une carte graphique.
  • On peut aussi utiliser les puces avancées ASIC pour le minage de bitcoins. Ce matériel est conçu par la société Bitmain qui propose souvent de nouveaux équipements pour aider les mineurs dans leur exploitation. Si vous comptez investir dans ces matériels, il faut compter dans les 1.000€ pour les plus récents et surtout ne pas oublier qu’ils consomment beaucoup d’électricité.

Le minage est-il un gouffre énergétique ?

Dans la réalité, la compétition entre les machines qui oeuvrent dans le minage consomme beaucoup d’énergie. Rien qu’en 2016, le minage du bitcoin avait utilisé près de 283 MW qui est devenu 943 MW en 2017 et la première moitié de 2018, on avait atteint les 3.441 MW.

Selon les statistiques, miner un dollar de bitcoin a besoin de 19 millions de Joules. L’or ne consomme cependant que 5 MJ et le platine 6 MJ. Seul l’aluminium dépasse de loin le bitcoin avec 110 MJ. Donc même s’il s’agit d’une monnaie virtuelle, sa consommation énergétique est plus que réelle. Selon toujours les statistiques, la consommation énergétique du bitcoin équivaudrait celle de l’Irlande ou de Hong-Kong avec une émission importante de CO2 qu’un million de vols transatlantiques.

Il est important de garder en tête qu’investir dans la cryptomonnaie est assez risqué. C’est un marché encore très jeune donc il est encore sujet à beaucoup d’incertitude. Même les analystes se partagent : certains sont confiants tandis que d’autres se permettent quelques réserves.